Skip to Content

Backstreets

BACKSTREETS

One soft infested summer
Me and Terry became friends
Trying in vain to breathe
The fire we was born in
Catching rides to the outskirts
Tying faith between our teeth
Sleeping in that old abandoned beach house
Getting wasted in the heat
And hiding on the backstreets
Hiding on the backstreets
With a love so hard and filled with defeat
Running for our lives at night on them backstreets

Slow dancing in the dark
On the beach at Stockton's Wing
Where desperate lovers park
We sat with the last of the Duke Street Kings
Huddled in our cars
Waiting for the bells that ring
In the damp heat of the night we could
let loose of everything
To go running on the backstreets
Running on the backstreets
Terry you swore we'd live forever
Taking it on them backstreets together

Endless juke joints and Valentine drag
Where dancers scraped the tears
Up off the street dressed down in rags
Running into the darkness
Some hurt bad, some really dying
At night sometimes it seemed
You could hear the whole damn city crying
Blame it on the lies that killed us
Blame it on the truth that ran us down
You can blame it ali on me, Terry
It don't matter to me now
When the breakdown hit at midnight There was nothing left to say
But I hated him
And I hated you when you went away

Laying here in the dark
You're like an angel on my chest
Just another tramp of hearts
Crying tears of faithlessness
Remember all the movies, Terry
We'd go see
Trying to learn how to walk like the
heroes
We thought we had to be
And after all this time
To find we're just like all the rest
Stranded in the park
And forced to confess
To hiding on the backstreets
Hiding on the backstreets
Where we swore forever friends
On the backstreets until the end
Hiding on the backstreets
Hiding on the backstreets

Backstreet by Bruce Springsteen in Born To run

RUELLES

Au cours d'un été mollement infesté
Moi et Terry on est devenus amis
On essayait en vain de respirer
Le feu sacré de notre naissance
On se payait des tours de périphérie
On testait cette foi pénible entre nos dents
On dormait dans cette vieille maison abandonnée de la plage
On picolait dans la chaleur
On se planquait dans les ruelles
Planqué dans les ruelles
Avec un amour si dur et baigné de la défaite
On luttait pour notre survie la nuit dans ces putains de ruelles

En dansant doucement le soir
Sur la plage à Stockton's Wing
Où se trouve le parc des amours perdus
Nous étions assis le dernier Rois de Duke Street
Blottis les uns contre les autres dans nos voitures
On attendait que sonnent les cloches
Dans la moite chaleur de la nuit on se fichait de tout
Pour aller courir dans les ruelles
Courir dans les ruelles
Terry me jurait que nous vivrions ensemble pour toujours
Sans se passer de ces putains de ruelles

Interminables bouis-bouis à musique et amoureux minable
là où les danseurs raclent leurs larmes
jusque dans la rues désabillée de leurs haillons
on se cherchait des noises dans l'obscurité
ça blessait vachement, on en mourait vraiment
Et parfois la nuit c'était comme
Si vous pouviez entendre toute cette maudite ville pleurer
J'accuse les mensonges qui nous ont tué
J'accuse la vérité qui nous a fait chuté
Tu peux m'en vouloir de tout , Terry
J'en ai plus rien a faire maintenant
Quand la crise frappa à minuit
Il n'y avait plus rien à en dire
Mais je l'ai haï
Et je t'ai haï quand tu m'as abandonné

On était étendu dans le soir
Tu étais comme un ange sur ma poitrine
Juste un autre clochard des coeurs
On pleurait des larmes d'infidélité
Rappelle toi tous les films, Terry
Que nous allions voir
On essayait d'apprendre comment marchent les héros
Nous pensions que nous en serions
Et après tout ce temps
On s'aperçoit que finalement nous sommes
Juste bloqués dans le parc
Et contraints de s'avouer
Que c'est dans les ruelles cachées
que nous nous étions jurés d'être amis jusqu'à la mort
Dans les ruelles cachées
Dans les ruelles cachées
Les ruelles cachées

Backstreet traduction Albert LABBOUZ Juil 99