Skip to Content

Brothers Under The Bridge

Brothers Under The Bridge

Saigon, c'était vraiment fini
Les mêmes distributeurs de coca
Comme dans les rues sur lesquelles j'ai grandi
Au bord d'un canyon faussement calme
Nous marchons le long de la crête
Moi et mes frères sous le pont

Le campement est à une heure de marche de la route la plus proche vers la ville
Là haut il y a le canyon et trop de broussailles
Pour que les hélicoptères du CHP puissent atterrir
Je ne cherche rien, sinon à survivre
Moi et mes frères sous le pont

Que vienne le Santa Ana, mec, comme ça cette broussaille sèche s'enflammera
Billy Devon a été brûlé dans son propre feu de camp par une nuit d'hiver
Nous avons enterré son corps dans la caillasse blanche là-haut sur la crête
Moi et mes frères sous le pont

J'en avais assez de la ville et de la vie de  rue
Où tu finis comme de rien du mauvais côté de la lame d'un autre
Dorénavant je ne veux pas de problèmes
Et je ne veux pas en créer non plus
Moi et mes frères sous le pont

Je suis rentré en 72
Tu étais toute la jolie lumière
Dans les yeux bleu foncé de ta mère
Je me tenais là sur le tarmac, je n'étais qu'un gamin
Moi et mes frères sous le pont

Le jour des Vétérans je me suis assis dans les tribunes tout vêtu de bleu
J'ai tenu la main de ta mère
Quand ils sont passés avec le drapeau rouge, blanc et bleu
A un moment tu es bien là....  puis quelque chose dérape.....

Copyright Christine VASSE pour Albert LABBOUZ Desespoir productions