Skip to Content

Eloge de Dan Federici

 

From eulogy for Dan Federici
 
Traduction de Claire Morand, d’après Bruce Springsteen
 

Eloge de Dan Federici
 
Si nous n’avions pas joué ensemble, les membres de l’E Street Band ne se seraient pas connus. Nous ne nous serions pas retrouvés ensemble au même endroit. Mais nous l’avons fait. Nous avons véritablement joué ensemble. Et chaque soir, à huit heures, nous avons déambulé sur la scène ensemble, et là, mes amis, c’est le lieu où les miracles se produisent. Et ceux qui nous accompagnent quand les miracles se produisent, on ne les oublie pas. La vie ne nous sépare pas. Le temps qui passe ne nous sépare pas. Les différends ne nous séparent pas. La mort ne nous sépare pas. Ceux qui nous accompagnent, qui font des miracles pour nous, comme Dan le faisait pour moi chaque soir, on est honorés d’être parmi eux.
 
Bien sûr, nous avons tous grandi et on sait que ‘c’est que du Rock ‘n Roll’…. Mais non, c’est pas vrai du tout. Après une vie entière à regarder un homme qui réalise des miracles pour soi, nuit après  nuit, on ressent un truc terrible qui ressemble à de  l’amour.
 
Alors, ce soir, nous disons adieu à Dan, Dan le Fantôme, Dan Federici, le père, le mari, l’ami et le membre de longue date de l’E Street Band. Tu nous manques, Dan.
 
Cet album est dédicacé à Dan Federici, 1950-2008